technique:docker

Virtualisation avec Docker

Voir la méthode recommandée : https://docs.docker.com/install

Ou depuis les dépots d'Ubuntu récents :

sudo apt install docker.io

Mettre l'utilisateur courant dans le groupe docker :

sudo addgroup monlogin docker

On peut soit récupérer une image docker existante depuis un dépot (hub.docker.com), soit la créér-adapter soi-même depuis un fichier texte nommé Dockerfile (combiné avec d'auters fichiers en option) (et l'envoyer ensuit sur le dépot).

Il faut donc distinguer :

  • image docker : image “modèle”, à mettre à jour
  • conteneur docker : une ou plusieurs instanciations de l'image docker de référence

Voir la version de docker : docker version

Récupérer une image : docker pull nomimage

Voir les images récupérées : docker images

Voir les images disponibles : docker search mot

Télécharger une image : docker pull nomimage:tag

Effacer une image locale : docker rmi nomimage (ou docker rmi id_image)

Chaque image peut être instanciée plusieurs fois pour avoir plusieurs conteneurs différentes, comportant chacun un nom propre.

Mettre à jour une image : docker update nomimage

Création d'un conteneur nommé : docker run -d –name nomconteneur nomimage

Exemple : docker run hello-world

Voir les instances en cours avec docker ps -a (et leur nom en fin de colonne).

Détruire un conteneur : docker rm nomconteneur

Lancer un conteneur : docker start nomconteneur

Arrêter un conteneur : docker stop nomconteneur

Voir les conteneurs actifs : docker ps

Voir les conteneurs actifs et inactifs : docker ps -a

Chaque image docker possède plusieurs tags, par défaut “latest” est utilisé pour avoir la dernière version.

docker run -it nomimage : lance un conteneur en mode interactif, on se retrouve dans le conteneur.

docker start nomcontainer : démarre un conteneur existant

docker exec -ti nomcontainer /bin/bash : prend la main sur ce conteneur en lançant la commande bash

docker stop nomcontainer : stoppe un conteneur existant

docker run –name monserveur -d -p portlocal:portdocker httpd : mappe le port local vers le port du docker (-d : détach = laisse tourner en arrière plan).

docker logs -ft monserveur : suivi des logs sans interuption, -t avec time, -f : comme tail -f


docker info
docker -h

docker container -h # manage les container

docker image -h # manage les images

Idem pour network, volumes, service, system….

Publier une image

docker commit <CONTAINER NAME or ID> <NEW_IMAGENAME>

et on pourra donc relancer :

docker run -it NEW_IMAGENAME

Dans un dossier “mondocker” contenant un fichier index.html personnalisé, créer un fichier Dockerfile :

FROM nginx
COPY index.html /usr/share/nginx/html/index.html

Dans le dossier mondocker, lancer le docker avec :

docker build -t mondocker .
Puis
docker run -p 8888:80 mondocker:latest

Et pointer vers http://localhost:8888 pour voir la page html customisée.

  • FROM : Définit l'image de base qui sera utilisée par les instructions suivantes.
  • LABEL : Ajoute des métadonnées à l'image avec un système de clés-valeurs, permet par exemple d'indiquer à l'utilisateur l'auteur du Dockerfile.
  • ARG : Variables temporaires qu'on peut utiliser dans un Dockerfile.
  • ENV : Variables d'environnements utilisables dans votre Dockerfile et conteneur.
  • RUN : Exécute des commandes Linux ou Windows lors de la création de l'image. Chaque instruction

RUN va créer une couche en cache qui sera réutilisée dans le cas de modification ultérieure du Dockerfile.

  • COPY : Permet de copier des fichiers depuis notre machine locale vers le conteneur Docker.
  • ADD : Même chose que COPY mais prend en charge des liens ou des archives (si le format est reconnu, alors il sera décompressé à la volée).
  • ENTRYPOINT : comme son nom l'indique, c'est le point d'entrée de votre conteneur, en d'autres termes, c'est la commande qui sera toujours exécutée au démarrage du conteneur. Il prend la forme de tableau JSON (ex : CMD [“cmd1”,“cmd1”]) ou de texte.
  • CMD : Spécifie les arguments qui seront envoyés au

ENTRYPOINT , (on peut aussi l'utiliser pour lancer des commandes par défaut lors du démarrage d'un conteneur). Si il est utilisé pour fournir des arguments par défaut pour l'instruction ENTRYPOINT , alors les instructions CMD et ENTRYPOINT doivent être spécifiées au format de tableau JSON.

  • WORKDIR : Définit le répertoire de travail qui sera utilisé pour le lancement des commandes

CMD et/ou ENTRYPOINT et ça sera aussi le dossier courant lors du démarrage du conteneur.

  • EXPOSE : Expose un port.
  • VOLUMES : Crée un point de montage qui permettra de persister les données.
  • USER : Désigne quel est l'utilisateur qui lancera les prochaines instructions

RUN , CMD ou ENTRYPOINT (par défaut c'est l'utilisateur root).

Ce sont des dossiers accessibles en dehors de docker et donc mutualisables.

docker volume create VOLUMENAME : créer un volume (pointe vers un dossier comme /var/lib/docker/volumes/VOLUMENAME/_data)

docker volume ls : lister les volumes

docker volumes inspect VOLUMENAME : voir les infos

docker volume rm VOLUMENAME : efface un volume

docker volume create –name monvolume -o type=none -o device=/chemin/hote/ -o o=bind : créer un volume qui pointe vers la destination voulue.

docker run -ti -v nomvolume:/chemindockerdossier monimage : -v spécifie le volume à utiliser.

docker run -ti -v /chemin/complet/nomdossier:/chemindockerdossier monimage : pour monter un dossier local dans un dossier dockerisé.

Ou sur une parition non montée :

docker volume create -o type=ext4 -o device=/dev/sdb1 –name partitionexterne

Pour créer des réseaux entre plusieurs conteneurs de types possibles :

  • bridge : crée un réseau interne pour vos conteneurs ;
  • host : ce type de réseau permet au conteneur d'avoir la même interface que l'hôte ;
  • none : comme le nom l'indique, aucun réseau pour les conteneurs ;
  • overlay : réseau interne entre plusieurs hôtes.

docker network create test : créer un réseau

docker network ls : voir les réseaux

docker network inspect test : voir en détails le réseau test

docker network create –subnet 10.0.50.0/24 –gateway 10.0.50.254 –ip-range 10.0.50.0/28 test2 : Créer un réseau personnalisé

Docker créer une interface pour chaque réseau créé (ip a).

docker run -ti –network test –name ctest image : rattacher un docker à un réseau existant

docker network connect test ctest : connecter un conteneur ctest à un réseau existant

docker network rm test : effacer un réseau

Docker-compose

Permet de composer plusieurs docker ensemble, une stack de conteneurs, à partir d'un fichier .yml

Il est nécessaire d'installer docker-compose (via pip par exemple).

  • technique/docker.txt
  • Dernière modification: 2020/10/27 03:45
  • de francoisa